PACK PAPIER HACKABLE 2017


  • Magazine Papier
  • Version Numérique (PDF)


  • Magazine Papier
  • Version Numérique (PDF)


  • Magazine Papier
  • Version Numérique (PDF)


  • Magazine Papier
  • Version Numérique (PDF)


  • Magazine Papier
  • Version Numérique (PDF)


  • Magazine Papier
  • Version Numérique (PDF)

Arduino, Raspberry Pi, modules nRF24L01...

Faites communiquer vos projets sans fil

et sur de longues distances pour une poignée d’euros

          - Choisissez et découvrez les modules nRF24L01
          - Établissez une communication entre deux Arduino
          - Faites communiquer votre Pi et vos montages


SOMMAIRE :


Ardu'n'co

p. 04 Utilisez une carte SD avec votre Arduino

En couverture

p. 18 nRF24L01 : créez une liaison radio longue distance entre cartes Arduino

p. 30 Utilisez un nRF24L01 avec votre Raspberry Pi

Radio & Fréquences

p. 36 Pour aller plus loin en radio logicielle : HackRF One

Démontage, Hacks & Récup

p. 50 Faites peur à vos amis en lisant leur carte bancaire !

p. 58 Gravez le bois avec de l'électricité !

Embarqué & Informatique

p. 70 Ne perdez plus la main sur votre Pi grâce à GNU Screen

p. 78 Utilisez vos applications graphiques Raspberry Pi depuis Windows

p. 88 Contrôlez vos montages Bluetooth depuis votre Pi


EDITO :

La Raspberry Pi est-elle l’avenir de Linux ?

Voilà une question intéressante. Si elle était posée correctement ce serait encore mieux. Déjà, on ne dit pas « Linux », mais « GNU/Linux », un système reposant sur les outils GNU et utilisant un noyau Linux (na !). Ensuite, il faut définir ce que veut dire un « avenir » pour un tel système. Le Wiktionnaire nous dit que c’est le « Futur, ce qui va arriver ». Là, la question initiale ne veut presque plus rien dire...

Voyons cela autrement. Le système GNU/Linux est depuis un certain temps maintenant massivement utilisé sur Internet. Quand vous visitez un site web par exemple, il est presque certain que vous avez affaire à une machine GNU/Linux d’une façon ou d’une autre. Concernant les PC et postes de travail, les choses n’en sont pas à ce stade et, il faut se rendre à l’évidence, ne le seront sans doute jamais...

Mais la Raspberry Pi a radicalement changé la donne. GNU/Linux est LE système pour utiliser une Pi et parmi vous qui lisez ceci, beaucoup n’ont sans doute jamais essayé une distribution GNU/Linux sur PC ou n’ont peut-être tout simplement pas été convaincus par leur première expérience. Vous êtes donc nombreux à faire connaissance avec ce système grâce à cette adorable framboise...

Donc non, la Raspberry Pi n’est pas l’avenir de Linux. La Raspberry Pi EST GNU/Linux, pour nombre d’utilisateurs.

Comme vous le savez peut-être, Hackable n’est pas le seul magazine que nous éditons et nous avons dans notre besace Linux Pratique qui depuis 1999 aide ses lecteurs à découvrir et apprivoiser GNU/Linux. Or, faire ses premiers pas dans ce domaine aujourd’hui est aussi très souvent faire ses premiers pas avec sa Pi. C’est pourquoi la publication sœur de Hackable s’adapte pour son numéro 99 et opte pour une nouvelle formule intégrant un cahier Raspberry Pi.

L’idée n’est bien entendu pas de couvrir les mêmes sujets ici et dans Linux Pratique, ni même d’avoir une approche similaire, mais tout simplement de faire bénéficier l’ensemble des utilisateurs GNU/Linux, quelle que soit leur plateforme, de l’expérience des auteurs contribuant au magazine depuis des années. GNU/Linux est bien plus « grand » que Raspberry Pi et bon nombre de connaissances générales, d’astuces, de pratiques, de logiciels, d’outils... sont tout simplement universels à tous les GNU/Linux.

Hackable ne peut, et ne doit d’ailleurs pas, couvrir ces généralités, mais se concentrer sur la bidouille et l’exploration électronique/matérielle. Cette nouvelle formule de Linux Pratique, quant à elle, pourra cependant vous intéresser et, je l’espère, vous plaire, si comme bien d’autres vous venez du monde Windows ou macOS et éprouvez tantôt quelques difficultés dans le dressage de vos manchots. Mais je préfère encore vous laisser juge, jetez un œil non loin de l’endroit où vous avez attrapé ce 16ème numéro. Nul doute que vous y trouverez aussi un Linux Pratique à feuilleter.

Notez au passage que cet édito n’est absolument pas sponsorisé par Linux Pratique. Je n’ai d’ailleurs rien reçu pour m’inciter à l’écrire, rien... même pas un muffin, du pain d’épice, un cookie ou un croissant lors d’une réunion de rédactions... malgré le nombre de conseils avisés donnés à la rédactrice en chef... Mon incorruptibilité me perdra, contrairement à ma gourmandise :)

                                                                                                                                                                                   Denis Bodor


3 projets Arduino pour

Créer vos périphériques USB !

     1 · Créez des boutons pour faire vos copier/coller

     2 · Contrôlez le volume audio sous Windows/Linux/Mac/Android

     3 · Ajoutez l’USB à un vieux clavier de 30 ans

 


SOMMAIRE :

 

Équipement

p. 04   Utilisez un programmeur d'EPROM avec votre Raspberry Pi

 

Ardu'n'co

p. 14   Créez un effet « feu » avec une matrice de leds

 

En couverture

p. 24   Créez des boutons à copier/coller

p. 30   Créez un contrôleur de volume pour votre ordinateur

p. 44   Transformez un vieux matériel de 30 ans en clavier USB

 

Embarqué & Informatique

p. 60   Configurez un clavier Bluetooth pour votre Pi

p. 66   Changez la configuration des leds de votre Raspberry Pi

 

Démontage, Hacks & Récup

p. 76   Utilisez votre Arduino UNO comme périphérique USB

 

Repère & Science

p. 88   Les codes tournants ou comment ne pas envoyer le même message deux fois




EDITO :

 

Personnaliser ça n’est pas important... c’est capital !

Peut-être qu’une telle affirmation vous parait évidente, mais ce n’est généralement pas le cas pour tout le monde. Ce que la plupart des gens ne réalisent souvent jamais durant toute leur vie est que la plupart des objets qui les entourent ne leur sont pas réellement adaptés ou destinés. Il ne s’agit que d’objets dont l’utilité, l’aspect ou les fonctionnalités sont génériques, adaptés non pas aux individus qui les possèdent, mais à une moyenne des préférences d’un ensemble, d’un groupe.

Cette illusion qui consiste à disposer d’objets, d’accessoires et d’outils qui semblent nous convenir n’est rien d’autre qu’une adaptation de nos personnes aux objets en question, alors que le principe naturel est précisément strictement opposé. Lorsqu’on y réfléchit un peu, on se rend compte que même lorsqu’on change, par exemple, sa vieille bouilloire pour une autre, on fait un choix qui est forcément biaisé. On choisit dans une gamme de produits qui finalement ne sont faits pour personne en particulier, et certainement pas pour nous-mêmes. En cela, la diversité du choix qui vous est proposé ne change absolument rien, il s’agit toujours de produits dont le but est de satisfaire un ensemble de personnes, mais, en même temps, qui sont voués par définition à ne jamais satisfaire personne totalement.

Pourtant, tout autour de nous, dans nos vies, nous avons ces objets que nous côtoyons régulièrement, quotidiennement. Chaque matin, j’utilise « ma » bouilloire pour mon petit-déjeuner (café, mails, café, GitHub, café, Twitter... Oui je sais « faut » manger le matin, mais je suis un rebelle), mais ce n’est pas réellement ma bouilloire, c’est un clone de celle de bien d’autres personnes. Du moins c’était le cas avant que je ne décide de changer les leds vertes qui l’éclairent pour des leds bleues. Là et uniquement là, c’est devenu MA bouilloire. La seule où j’ai changé ce petit élément et qui, même si d’autres personnes peuvent avoir eu la même idée, la seule où moi j’ai fait ce changement. Elle est maintenant unique... unique et vraiment mienne.

Peu importe la façon dont vous vous appropriez ces objets, qu’il s’agisse d’y faire des modifications complexes ou d’y coller simplement un autocollant, l’élément clé consiste à avoir une connexion avec ce qui vous entoure et ne pas finir par vivre dans un catalogue Ikea, dans un environnement qui finalement ne vous ressemble pas, n’est pas vraiment le vôtre, mais un ensemble de pièces génériques.

Le résultat de cette approche est non seulement de vivre dans un environnement qui vous est réellement familier, mais également de développer de plus en plus de capacités à adapter, transformer et créer des objets. Que cela commence par un coup de peinture, la couture d’un bout de tissu ou le changement de leds dans une bouilloire, importe peu, cela réveille votre créativité, votre capacité à changer les choses et à les adapter à vos besoins. Peut-être que le résultat laissera stoïque votre voisin ou vos amis, mais ces objets contrairement aux leurs, seront adaptés à vos préférences. Vous y aurez mis votre marque.

Sans doute suis-je en train de prêcher des convertis, mais vous êtes aussi les personnes les mieux placées pour rappeler autour de vous que cette capacité à ne pas se satisfaire de produits qui ne sont créés pour personne et qu’adapter, modifier et personnaliser est un don présent en chacun de nous, indubitablement propre à l’espèce humaine, et qui devrait s’exprimer en chaque instant, quel que soit le moyen, électronique ou non...

 

                                                                                                                               Denis Bodor


Domotique / VoIP / Hack

Créez votre interphone connecté !

· Connectez votre interphone/portier au net

· Renvoyez les appels sur votre smartphone

· Ouvrez à distance à vos visiteurs


SOMMAIRE :

 

Équipement

p. 04   Dessoudez, changez et récupérez des composants

 

Ardu'n'co

p. 14   Démarrez votre PC à distance avec une carte Arduino ou ESP8266

p. 30   Recyclez un vieil écran VGA et utilisez-le avec votre Arduino

 

En couverture

p. 42   Créez votre portier audio connecté

p. 56   Portier audio connecté : installation et configuration

 

Embarqué & Informatique

p. 74   Ajoutez une sortie audio Bluetooth à votre Raspberry Pi

 

Démontage, Hacks & Récup

p. 82   DOS n'est pas mort ! Il va même très bien !

 

Repère & Science

p. 94   Jonglez avec les versions de Raspbian pour profiter des applications les plus récentes

 

 

EDITO :

 

Cloud, cloud, cloud...

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je trouve que ça devient pénible.

Qu’il existe une solution pour mettre ses informations personnelles « dans le nuage », autrement dit, sur un serveur web qui ne vous appartient pas avec une configuration logicielle que vous ne contrôlez pas, ne me dérange pas. Après tout, libre à chacun de décider si mettre ses relevés de températures, ses évènements de détection de mouvements ou encore la pression de ses radiateurs est quelque chose de raisonnable ou non.

Ce qui est plus dérangeant à mon sens c’est que cela devienne la solution par défaut. Non parce que c’est simplement bien plus facile à configurer de cette manière, mais parce que tout semble fait pour rendre l’installation « individuelle » vraiment fastidieuse et pénible. Parfois, cela en arrive même à prendre un petit côté « shareware » des années 90 : vous pouvez installer une version relativement ancienne très facilement sur votre Raspberry Pi, mais si vous souhaitez une version récente, soit vous utilisez le service en ligne proposé (cloud donc) soit vous devez être prêt à passer de longues nuits à apprendre, configurer, déjouer les pièges et vous énerver, car toute la chaîne de dépendance entre les éléments est à revoir manuellement.

Un excellent exemple concerne les solutions de dashboard permettant d’avoir une page web avec représentation graphique de vos données collectées par des capteurs. C’est presque systématique, dès que l’interface est travaillée, vous pouvez être certain que l’installation individuelle sera extrêmement éprouvante sinon cauchemardesque. On est alors tenté de céder à l’envie de tout simplement se créer un compte et utiliser le service en ligne. Cela ressemble aux jeux « free to play » où on se rend rapidement compte que ce n’est pas si « free » que ça...

Je comprends cependant la motivation des développeurs ou des sociétés derrière ces services et logiciels. Le développement coûte cher et il faut bien trouver un moyen de mettre du pain sur la table. Mais pour moi, moralement et philosophiquement, il y a des limites à ne pas dépasser. D’autant que dans d’autres domaines l’équilibre existe (comme WordPress ou Prestashop par exemple). Installer un blog ou une boutique en ligne qui ressemble à quelque chose, seul, sans être développeur/sysadmin, n’est pas insurmontable. Installer proprement un dashboard du même acabit est inaccessible à la quasi-totalité des hobbyistes. C’est triste. Énervant et triste...

Mais je suis d’un naturel buté et têtu. Donc non messieurs, je ne créerai pas de compte gratuit, mes relevés de températures me regardent moi et uniquement moi. Et lorsque je serai venu à bout du problème, bien sur terre et non dans les nuages, j’en ferai profiter le plus grand nombre (c’est vous ça, amis lecteurs). Na !

 

Denis Bodor



Arduino / Raspberry Pi / IoT

Créez des liaisons radio de plusieurs kilomètres

...pour vos projets connectés grâce à LoRa et LoRaWAN

     1. _Installez votre concentrateur Raspberry Pi LoRaWAN (ou pas)

     2. _Rejoignez le réseau communautaire, participatif et gratuit TTN

     3. Créez vos sondes connectées à base d’Arduino            

     4. Affichez les informations collectées sur Cayenne MyDevice

 

 


SOMMAIRE :

 
Équipement

p. 04   Ajoutez un écran intelligent à vos projets Arduino


En couverture

p. 18   Découvrez LoRaWAN et créez votre passerelle / concentrateur

p. 34   Créez vos montages Arduino communicants sur LoRaWAN

 
Radio & Fréquences

p. 50   Construisez un émetteur 433 Mhz pour remplacer vos télécommandes

 
Démontage, Hacks & Récup

p. 64   Obtenez n'importe quelle tension à partir des 5V USB


Embarqué & Informatique

p. 70   Obtenir les informations du firmware de votre Raspberry Pi


Domotique & Robotique

p. 76   Analyser le bus Siemens BSB d'une pompe à chaleur Atlantic

p. 84   Pilotez votre pompe à chaleur Atlantic en utilisant le bus Siemens BSB


EDITO :

 

     « C’est traduit de quelle langue ? »

     Telle était la question qu’une personne m’a posée à propos du magazine lors de la MakerFaire Paris 2017 début juin à la Cité des Sciences de la Villette. La réponse est bien entendu simple et évidente : « aucune » (si on part du principe que la correction orthographique et grammaticale de ma prose n’est pas une traduction, affirmation parfois légitime de la part des personnes en charge de cette éprouvante tâche à la rédaction).

     Quelque chose me dérange profondément derrière cette simple question. Je ne parle pas tant du fait que nous mettons un point d’honneur à ne détailler que des manipulations et des expérimentations effectivement réalisées par nos soins, même si cela peut être très problématique parfois, lorsque le résultat n’est pas là, il faut se résoudre à passer à la trappe des heures ou des jours de travail et écarter le sujet. Pas question donc de décrire ou d’expliquer quelque chose qui n’a pas été fait, c’est ainsi. Pas question non plus d’ailleurs de publier des articles contribués sans contrepartie financière comme c’est souvent le cas en ligne, ce qui impacte également grandement la qualité des publications. Ce sont des règles immuables, érigées en principes fondamentaux dans nos publications et il n’est pas question d’y déroger (et on peut être vraiment, mais vraiment très têtus, voire butés sur le sujet).

     Non, ce qui me dérange véritablement dans cette question est qu’elle sous-entend qu’un contenu rédactionnel technique « touffu » provient forcément d’ailleurs et, je suppose, d’une source anglophone. C’est un peu comme s’il s’agissait de se résigner et d’accepter que, en France, nous ne sommes pas capables de telles réalisations. C’est pourtant oublier que depuis des dizaines d’années, sinon des centaines, c’est bel et bien l’ingéniosité, l’imagination et la créativité française qui ont conduit à d’admirables réalisations et de fantastiques prouesses technologiques.

     Autant un « c’était mieux avant » est quelque chose que je peux comprendre, autant un « c’est mieux ailleurs », autrement dit « si c’est bien, ce n’est pas d’ici » est quelque chose qui me parait à la fois insensé et terriblement négatif, voire néfaste. Cela véhicule l’idée que nous aurions perdu, en France, cette capacité technologique, alors qu’il n’y a rien de plus faux. Une simple visite à la MakerFaire Paris le démontre de façon évidente.

     Donc non, que cela soit dit et bien dit, nous de traduisons rien dans Hackable, car nous n’en avons pas besoin. Et nous n’en avons pas besoin, car la créativité, l’inventivité et la capacité de créer et bidouiller n’ont pas disparu du pays, bien au contraire. J’en suis la preuve, vous en êtes la preuve, nous en sommes la preuve... Tâchons donc de ne pas l’oublier, car le jour où nous en douterons sera précisément le triste jour où nous perdrons réellement cette qualité !

 

                                                                                                                                                                                       Denis Bodor

Arduino / ESP8266 / DIY
Créez une veilleuse qui montre les phases de la lune

• Comprenez les limitations des cartes Arduino
• Adaptez du code venant d’une autre plateforme
• Contrôlez les leds et simulez les phases
• Construisez votre lune lumineuse


SOMMAIRE :

Équipement  

p. 04    Fabriquez vos câbles/jumpers pour platines à essais

En couverture 

p. 12    Créez une lampe lunaire : préparation
p. 24    Créez une lampe lunaire : en route !

Embarqué & Informatique 

p. 38    Visualisez la charge processeur de votre Pi avec Pimoroni Piglow
p. 50 Sense HAT pour donner de la couleur et plus à votre Raspberry Pi

Démontage, Hacks & Récup 

p. 70    Créez votre ordinateur 8 bits sur platine à essais : le processeur

Tensions & Courants 

p. 76    Prenez de bonnes mesures ! Et si dès la rentrée on se mettait au courant ?

EDITO :

Tout change et rien ne change...

Dans ce numéro, vous trouverez un article un peu particulier traitant d’un processeur dont la conception remonte à plus de 40 ans. Toutefois, celui-ci fonctionne dans les grandes lignes exactement sur les mêmes bases qu’un modèle dernier cri comme l’AMD Ryzen Threadripper (qui, soit dit en passant, semble être une merveille. C’est plaisant de voir AMD revenir dans la course).

Plus d’intégration, plus de vitesse, plus de cœurs, plus de fonctionnalités, plus de bits... mais au final, les mêmes fondations et la même logique. Ceci n’a rien d’exceptionnel et, si l’on regarde de près (de très très près), on se rend rapidement compte qu’entre un SoC ARM d’une Raspberry Pi, un Intel Core i9, le microcontrôleur de votre Arduino ou encore le processeur MIPS d’un routeur ou d’une box, au bout du compte, il n’y a pas vraiment de différences, seul l’usage change. Celui que vous, vous décidez d’en faire.

Python sur Raspberry Pi, C/C++ sur Arduino, assembleur sur un Z80... En réalité, la seule chose qui change, c’est votre comportement, vos préférences. Ceci est tout aussi vrai dans bien des domaines qui nous occupent ici, la radio logicielle, la bidouille, l’électronique, la programmation, le bricolage... mais plus largement encore, c’est vrai dans toutes les disciplines. Et si vous allez à contre-courant, à l’opposé des usages et des habitudes, et obtenez le résultat escompté ou plus encore, vous arrivez dans le hacking, au sens noble du terme : une solution innovante, créative, originale et montrant une certaine excellence technique (n’en déplaise aux médias qui nous martèlent le pénible hacker=pirate).

Et grâce à cela, à cette continuité, nous pouvons améliorer notre compréhension du présent grâce à des choses qui peuvent aujourd’hui paraître « primitives ». Et si cela est vrai pour la technologie, cette « chose » qui fait de nous des humains, ça l’est très certainement aussi pour tout le reste. Je crois que si on expliquait l’importance qu’a l’Histoire ainsi aux plus jeunes, le monde serait bien différent. Mais cela est un tout autre débat...

Sur cette note hautement « philosophique », je vous laisse découvrir ce numéro de rentrée. Les vacances sont finies, au boulot ! ;)

Denis Bodor

ESP8266 / Google / Domotique

Créez des capteurs de mouvement Wifi économiques

  • Utilisez un capteur de mouvement infrarouge
  • Collectez et envoyez les informations sur le net
  • Enregistrez les évènements dans Google Analytics
  • Traitez votre environnement physique comme un site web

SOMMAIRE :

Équipement

p. 04 Un testeur universel de composants pour 15€ ?

Ardu’n’co

p. 04 Utilisez un Minitel comme écran pour votre Arduino
p. 26 Fabriquez votre T-shirt interactif avec un Lilypad Arduino
p. 38 OTA : programmez votre ESP8266 en Wifi !

En couverture

p. 48 Utilisez Google Analytics pour la surveillance physique

Embarqué & Informatique

p. 60 mDNS ou comment retrouver facilement votre Pi

Tensions & Courants

p. 72 Utilisez une alimentation sans fil pour vos projets

Démontage, Hacks & Récup

p. 82 Créez votre ordinateur 8 bits sur platine à essais : la mémoire

EDITO :

     Le passé commence à valoir cher !

     Lorsque cela fait près de 25 ans qu’on nage dans la technologie en suivant les marées, les remous et les courants, parfois, des choses vous échappent. On évolue en même temps que les produits, les logiciels et les ressources qu’on utilise et sans petites piqûres de rappel de temps en temps, on en arrive, comme beaucoup, à prendre pour argent comptant tout ce qui se trouve à notre disposition aujourd’hui.

     Une façon de relativiser consiste à se pencher sur de vieux matériels et de vieux systèmes. Chose que j’ai dernièrement fait en offrant à ma station Silicon Graphics Indy un écran via un adaptateur 13w3/VGA et en y installant IRIX 6.5. La réalité m’est apparue, après maintes reconfigurations, en pouvant finalement lancer Netscape Navigator 4.79 : la quasi-totalité des sites sont tout bonnement illisibles ou inaccessibles, au mieux ils sont tellement « lourds » qu’ils mettent une éternité à s’afficher.

     Une autre façon consiste à faire un tour sur eBay dans la section « Informatique vintage » et d’observer les prix. Les ordinateurs des années 80/90 valent cher, parfois très cher, mais ce n’est rien comparé aux composants, périphériques et pièces détachées pour ces machines. Et lorsqu’on arrive à des éléments plus spécifiques, comme par exemple un hub Ethernet proposant RJ45 (10BASE-T) et BNC (10BASE2), la solution la plus simple pour connecter une machine 10BASE2 à un réseau moderne, cela devient tout simplement surréaliste !

     Le phénomène est fascinant. Des machines « inaccessibles » à leur époque sont temporairement devenues obsolètes et presque sans valeur, et sont maintenant en passe de devenir, en compagnie des machines et matériels d’antan plus populaires, à nouveau inaccessibles. Les portes du temps semblent se refermer sur cette période de l’histoire informatique, mais cette fois dans le bon sens du terme (pour « ceux qui gardent »).

     Si vous en doutez, je vous conseille, comme je l’ai conseillé à ce lecteur qui m’a contacté et ayant un IBM PC XT complet dans son garage, de faire un tour dans les annonces de ventes et les enchères. Toutes ces merveilles n’ont plus QUE de la valeur sentimentale, les premières heures de l’informatique personnelle pour tous sont entrées dans leur phase « pièces de collection ». Et je trouve que c’est une très bonne chose...

Denis Bodor

Acheter ce pack


Référence : PPAP_HK_17

39,00 €

47,40 €

Nouveaux produits