Hackable Magazine 19


Arduino / Raspberry Pi / IoT

Créez des liaisons radio de plusieurs kilomètres

...pour vos projets connectés grâce à LoRa et LoRaWAN

     1. _Installez votre concentrateur Raspberry Pi LoRaWAN (ou pas)

     2. _Rejoignez le réseau communautaire, participatif et gratuit TTN

     3. Créez vos sondes connectées à base d’Arduino            

     4. Affichez les informations collectées sur Cayenne MyDevice

 

 

Plus de détails

7,90 € TTC

 
Les avis des lecteurs sur ce numero ( - 0 Avis )

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Merci de vous connecter à votre compte afin de pouvoir publier votre avis.

Se connecter à votre compte

Donnez votre avis

Hackable Magazine 19

Hackable Magazine 19


Arduino / Raspberry Pi / IoT

Créez des liaisons radio de plusieurs kilomètres

...pour vos projets connectés grâce à LoRa et LoRaWAN

     1. _Installez votre concentrateur Raspberry Pi LoRaWAN (ou pas)

     2. _Rejoignez le réseau communautaire, participatif et gratuit TTN

     3. Créez vos sondes connectées à base d’Arduino            

     4. Affichez les informations collectées sur Cayenne MyDevice

 

 

SOMMAIRE :

 
Équipement

p. 04   Ajoutez un écran intelligent à vos projets Arduino


En couverture

p. 18   Découvrez LoRaWAN et créez votre passerelle / concentrateur

p. 34   Créez vos montages Arduino communicants sur LoRaWAN

 
Radio & Fréquences

p. 50   Construisez un émetteur 433 Mhz pour remplacer vos télécommandes

 
Démontage, Hacks & Récup

p. 64   Obtenez n'importe quelle tension à partir des 5V USB


Embarqué & Informatique

p. 70   Obtenir les informations du firmware de votre Raspberry Pi


Domotique & Robotique

p. 76   Analyser le bus Siemens BSB d'une pompe à chaleur Atlantic

p. 84   Pilotez votre pompe à chaleur Atlantic en utilisant le bus Siemens BSB


EDITO :

 

     « C’est traduit de quelle langue ? »

     Telle était la question qu’une personne m’a posée à propos du magazine lors de la MakerFaire Paris 2017 début juin à la Cité des Sciences de la Villette. La réponse est bien entendu simple et évidente : « aucune » (si on part du principe que la correction orthographique et grammaticale de ma prose n’est pas une traduction, affirmation parfois légitime de la part des personnes en charge de cette éprouvante tâche à la rédaction).

     Quelque chose me dérange profondément derrière cette simple question. Je ne parle pas tant du fait que nous mettons un point d’honneur à ne détailler que des manipulations et des expérimentations effectivement réalisées par nos soins, même si cela peut être très problématique parfois, lorsque le résultat n’est pas là, il faut se résoudre à passer à la trappe des heures ou des jours de travail et écarter le sujet. Pas question donc de décrire ou d’expliquer quelque chose qui n’a pas été fait, c’est ainsi. Pas question non plus d’ailleurs de publier des articles contribués sans contrepartie financière comme c’est souvent le cas en ligne, ce qui impacte également grandement la qualité des publications. Ce sont des règles immuables, érigées en principes fondamentaux dans nos publications et il n’est pas question d’y déroger (et on peut être vraiment, mais vraiment très têtus, voire butés sur le sujet).

     Non, ce qui me dérange véritablement dans cette question est qu’elle sous-entend qu’un contenu rédactionnel technique « touffu » provient forcément d’ailleurs et, je suppose, d’une source anglophone. C’est un peu comme s’il s’agissait de se résigner et d’accepter que, en France, nous ne sommes pas capables de telles réalisations. C’est pourtant oublier que depuis des dizaines d’années, sinon des centaines, c’est bel et bien l’ingéniosité, l’imagination et la créativité française qui ont conduit à d’admirables réalisations et de fantastiques prouesses technologiques.

     Autant un « c’était mieux avant » est quelque chose que je peux comprendre, autant un « c’est mieux ailleurs », autrement dit « si c’est bien, ce n’est pas d’ici » est quelque chose qui me parait à la fois insensé et terriblement négatif, voire néfaste. Cela véhicule l’idée que nous aurions perdu, en France, cette capacité technologique, alors qu’il n’y a rien de plus faux. Une simple visite à la MakerFaire Paris le démontre de façon évidente.

     Donc non, que cela soit dit et bien dit, nous de traduisons rien dans Hackable, car nous n’en avons pas besoin. Et nous n’en avons pas besoin, car la créativité, l’inventivité et la capacité de créer et bidouiller n’ont pas disparu du pays, bien au contraire. J’en suis la preuve, vous en êtes la preuve, nous en sommes la preuve... Tâchons donc de ne pas l’oublier, car le jour où nous en douterons sera précisément le triste jour où nous perdrons réellement cette qualité !

 

                                                                                                                                                                                       Denis Bodor

A propos du magazine
Logo

Démontez / COmprenez / adaptez / partagez

Hackable met l’électronique plus que jamais à la portée de tous ! Ce bimestriel n’a qu’un but : faire de la technologie un vrai plaisir ! Le plaisir de démonter, d’apprendre, de comprendre, de faire, de maîtriser et d’adapter à ses besoins. En d’autres termes, c’est un magazine pour utiliser la technologie, pas la consommer. Au programme : montages à base Arduino, programmation, bidouillages autour de la Raspberry Pi, découverte de nouvelles cartes et de nouveaux modules, démontage et exploration de matériels, conseils, recommandations et astuces pour s’équiper, mais aussi de quoi apprendre les bases pour s’en sortir seul et pour aller toujours plus loin !

Nouveaux produits