GNU/Linux Magazine 255

Techniques & outils de

Web Scraping avancé

  • Découvrez Puppeteer et Google Chrome Recorder
  • Traitez facilement les pages dynamiques
  • En pratique : récupérez le contenu d’un menu généré automatiquement

Plus de détails

9,70 €

 
SOMMAIRE :

Actus & Humeur

p. 06 Entre algorithmique et programmation

IA, Robotique & Science

p. 24 Auto-encodeurs probabilistes

Mobile & Web

p. 36 Web scraping avec Puppeteer
p. 47 Créer une application React avec Recoil plutôt que Redux

Libs & Modules

p. 60 Jouons avec le bytecode Python !
p. 68 Un postier bien intentionné

Outils & Système

p. 74 Création de modèles de documents LaTeX

Édito

Dans des temps anciens, les logiciels propriétaires et les logiciels open source se menaient une guerre sévère. Ces temps-là sont désormais révolus. On ne peut pas dire que l’un ou l’autre bord ait gagné, mais en tout cas, il n’existe plus de tension aussi forte entre les partisans des deux camps. On peut se dire que c’est l’open source qui a gagné, qui a finalement été accepté. Mais c’est sans doute oublier un peu vite que l’on peut établir une distinction entre logiciel open source et logiciel libre, le premier profitant de la philosophie du second à des fins purement pécuniaires. En effet, ne nous leurrons pas, qu’est devenu l’open source de nos jours ? Vous pensez que demander à un prestataire de réaliser un développement spécifique en utilisant exclusivement des solutions open source sera le garant de la liberté de votre système informatique ? Que nenni ! Après des milliers de lignes de code non documentées, commentées à la va-vite, vous vous retrouverez prisonnier de votre prestataire de la même manière que si vous aviez opté pour une solution propriétaire ! Il vous reviendra bien plus cher de changer de prestataire, car il faudra qu’il arrive à analyser un code qui n’est pas le sien et qui n’est surtout compréhensible que par son créateur, ou qu’il redéveloppe des éléments fonctionnels pour avoir la possibilité de les faire évoluer. La somme d’heures et donc le coût (en temps et en argent) ne seront pas rentables. La seule solution sera donc de rester prisonnier du prestataire en logiciel open source. Un comble !

Prenons un autre exemple avec une solution open source pour laquelle vous n’aurez qu’à payer les frais de maintenance et d’évolution en fonction du nombre de lignes de codes (oui, ça existe). Nous savons bien qu’il est tout à fait possible de grossir la quantité de code : tout d’abord en codant mal et en ne faisant aucune optimisation, ensuite en ajoutant délibérément des circonvolutions, du code inopérant. Voici un court exemple :

a = True b

= 12

# de nombreuses lignes de code

...

if not a or (a and b <=0):

# de nombreuses lignes de code

...

Quel client ira mettre le nez dans le code de façon suffisamment pointilleuse pour détecter ce genre de pratique ? Personne ! Et encore une fois, quelle est la différence avec un logiciel propriétaire ?

Les logiciels libres, ces logiciels open source codés avec amour, documentés à outrance, sont finalement très rares et ce sont les seuls qu’il faudrait opposer aux logiciels propriétaires. Mais c’est aussi cette rareté qui permet à votre magazine d’être particulièrement intéressant : vous proposer de combler les lacunes de documentation de différents projets. Bonne lecture !

Tristan Colombo



Le petit mot du chef des rédactions : Le lecteur aguerri que vous êtes aura sans doute noté un changement en couverture du présent numéro. Celui-ci est, en effet, daté janvier/février, marquant le passage de la publication à un rythme désormais bimestriel (tous les deux mois).

Cette baisse de fréquence ne doit pas être perçue comme une régression, mais plutôt comme une adaptation naturelle de la publication et, plus exactement, comme une première phase d'évolution que nous préparons d'arrache-pied. Ce n'est ni le lieu, ni le moment, de vous détailler tout cela, mais ce premier numéro de 2022 (le 255, 0xFF, ça ne s'invente pas), marque le début des nombreux changements que vous découvrirez cette année.

Toute la rédaction vous donne donc rendez-vous en mars, pour le n°0x0100, tout en vous souhaitant une fantastique année 2022 !

Denis Bodor

A propos du magazine
Logo

Le magazine de référence technique pour les développeurs et les administrateurs sur systèmes UNIX, open source & embarqué !

Pionnier dans son domaine, GNU/Linux Magazine est depuis 1998 une véritable référence technique pour pour tous les développeurs et administrateurs sur systèmes Unix, open source et embarqués. Le premier magazine français 100 % Linux se démarque grâce à une ligne rédactionnelle résolument technique et pédagogique. Chaque mois de nombreux thèmes sont abordés permettant de toucher à différents domaines de l’informatique, que ce soit de l’intelligence artificielle, de la sécurité, de l’embarqué, du système/réseau ou du hack.

Nouveaux produits