Frais de port Offerts !*

GNU/Linux Magazine 265

Compilation, versioning, crossbuild, release et conteneurisation en un seul outil ?

Automatisez la construction et la diffusion du code avec GoReleaser

Plus de détails

9,70 €

 
SOMMAIRE :


Bas Niveau

p. 06  SmolBSD : un système UNIX de 7 mégaoctets qui démarre en moins d’une seconde

Autour du Code

p. 18  Le microbenchmark est mort, vive le benchmarking différentiel !
p. 28  En finir avec les Makefiles en Go avec GoReleaser

Sécu & Hack

p. 42  Génération et gestion de certificats avec Erlang/OTP
p. 56  Sysdig et sécurité locale

Scripting Zone

p. 63  Les codes fantastiques : bouturage

IA & Algo

p. 64  PEAC : l’arrière-petit-neveu de Galois et Fibonacci

ÉDITO


« Move fast and break things »

Vous avez peut-être déjà entendu cette phrase, ou plutôt cette devise initialement issue de la philosophie des équipes de développement Facebook pré-2014 et flottant de-ci de-là depuis, comme la clé même de la notion d’innovation. Popularisée ces dernières années par quelques réussites grandi-
loquentes comme celles de SpaceX, préférant tester dès que possible et apprendre de ses erreurs (comme avec le lancement de Starship et son « désassemblage non planifié ») que plancher, comme la NASA l’a fait pour Apollo et STS, sur un concept pour ne passer à la pratique qu’une fois tous les problèmes réglés avec une quasi-certitude.

Cette approche est certes intéressante, mais n’est finalement ni récente ni applicable universellement. Nous avons eu dernièrement un aussi triste que parfait exemple des limites, lorsqu’il s’agit de la sécurité des personnes. Je parle, bien entendu, de l’accident du submersible Titan d’OceanGate utilisant cette « philosophie » pour soi-disant innover dans l’utilisation de matériaux composites, pourtant connus pour leur faiblesse en compression, dans les applications sous-marines de grande profondeur (voir à ce propos l’excellente vidéo YT de Real Engineering [1]).

La devise n’est pourtant pas nouvelle, puisqu’il ne s’agit finalement que de la transposition du fameux « Release Early, Release Often » (ou RERO) dont parle Eric S. Raymond dans son essai « The Cathedral and the Bazaar » en 1997 ! Mais RERO ne s’arrête pas à RERO, car l’acronyme, dans le texte original, se poursuit par un très clair « And listen to your customers ».

De manière générale, ce genre de devise, qu’il s’agisse de développement logiciel, de déploiement d’infrastructure, d’innovation technologique, ou encore d’exploration spatiale ou sous-marine ne peut exister, et surtout être appliquée sans se voir dûment complétée par une autre : ne risquez jamais quelque chose que vous n’êtes pas à 100 % prêt à perdre. Et il existe un grand nombre de choses qui devraient normalement automatiquement entrer dans cette catégorie, les vies humaines, la liberté, le droit à la vie privée, l’esprit critique...

Sans cela, la philosophie n’est pas RERO ou MFBT, mais juste YOLO et ça, on sait généralement comment ça finit.


Denis Bodor

[1] https://www.youtube.com/watch?v=6LcGrLnzYuU 

A propos du magazine
Logo

Le magazine de référence technique pour les développeurs et les administrateurs sur systèmes UNIX, open source & embarqué !

Pionnier dans son domaine, GNU/Linux Magazine est depuis 1998 une véritable référence technique pour pour tous les développeurs et administrateurs sur systèmes Unix, open source et embarqués. Le premier magazine français 100 % Linux se démarque grâce à une ligne rédactionnelle résolument technique et pédagogique. Chaque mois de nombreux thèmes sont abordés permettant de toucher à différents domaines de l’informatique, que ce soit de l’intelligence artificielle, de la sécurité, de l’embarqué, du système/réseau ou du hack.

Nouveaux produits