GNU/Linux Magazine 269

Comment rendre vos créations scriptables ?

Embarquez Lua dans vos programmes ! 

Plus de détails

9,70 €

 
SOMMAIRE :


Sécu & Hack

p. 06   Mettre en place un programme de Security Champions

Scripting Zone

p. 12   Embarquez un peu de Lua dans vos projets C
p. 22   NativePHP : développez des applications desktop en PHP !

Système & Bas niveau

p. 38   Écrire son premier pilote pour OpenBSD
p. 50   Manipulons les caractères avec iconv
p. 54   Les « tourments de la monopile », ou le « Single-Stack Syndrome »
p. 69   Les codes fantastiques : C for surprenant
p. 70   Le temps sous Linux - 1er volet

ÉDITO


XZ Utils !

On voit beaucoup de raccourcis et de fausses vérités concernant cette backdoor que certains n’hésitent pas à qualifier de « backdoor SSH ». Que les choses soient claires, OpenSSH n’a, à la base, aucune dépendance vers xz/liblzma. C’est en réalité quelque chose d’ajouté pour intégrer plus facilement le serveur SSH en supportant les notifications systemd.

Oui, OpenSSH est patché pour s’intégrer plus facilement et c’est là, non pas la cause du problème, mais clairement une brique importante. Il ne s’agit pas là de « systemd bashing », même si cela serait aussi facile que tentant. En réalité, systemd est tellement « présent » dans la plupart des distributions GNU/Linux que n’importe quel problème peut être lié à ce qui était, fut un temps, un système d’init. On pourrait parfaitement, de la même façon, imputer ce blâme aux autotools dont la complexité n’est plus à démontrer, et qui est aussi une composante critique de cette backdoor.

En réalité, le problème est une combinaison d’un ensemble de paramètres, techniques, humains et fonctionnels, parfaitement alignés qui, combinés avec une approche sournoise et patiente des attaquants, a conduit à cette situation. Situation qui, je le rappelle, aurait pu être bien pire si la curiosité d’Andres Freund ne l’avait pas poussé à chercher pourquoi ses processus sshd consommaient plus de CPU que d’habitude.

Pour moi, trois choses sont importantes dans cette triste affaire. Premièrement, c’est la complexité qui a permis la dissimulation et a failli provoquer une réelle catastrophe. Plus on s’éloigne de KISS, plus la dissimulation est aisée. Ensuite, c’est bel et bien la « supply chain » qui a été attaquée et on se retrouve donc à nouveau dans un contexte très similaire à la situation connue il y a peu avec Log4Shell.

Et enfin, et c’est sans doute le plus important quoi qu’en disent certains, c’est bien le caractère open source du projet est ce qui a permit la détection de la backdoor, non ce qui en est la cause ! C’est parce que n’importe qui peut auditer le code, et le système de build, que ce genre d’attaque est rendu difficile, et non l’inverse ! Ceux qui affirment le contraire sont soit d’une mauvaise foi édifiante, soit sont totalement perdus dans leur biais de confirmation malsain. Point.
Et pour l'amour du ciel... Il n'y a pas de backdoor dans OpenSSH !


Denis Bodor

A propos du magazine
Logo

Le magazine de référence technique pour les développeurs et les administrateurs sur systèmes UNIX, open source & embarqué !

Pionnier dans son domaine, GNU/Linux Magazine est depuis 1998 une véritable référence technique pour pour tous les développeurs et administrateurs sur systèmes Unix, open source et embarqués. Le premier magazine français 100 % Linux se démarque grâce à une ligne rédactionnelle résolument technique et pédagogique. Chaque mois de nombreux thèmes sont abordés permettant de toucher à différents domaines de l’informatique, que ce soit de l’intelligence artificielle, de la sécurité, de l’embarqué, du système/réseau ou du hack.

Nouveaux produits