GNU/Linux Magazine 253

Cryptomonnaies : découvrez les NFT !

Générez des images et créez vos token ERC-721

Plus de détails

8,72 €

 
SOMMAIRE :

Actus & Humeur

p. 06 Génération automatique de NFT

IA, Robotique & Science

p. 20 Voyage initiatique vers la bioinformatique : en route pour l’aventure

Outils & Système

p. 40 Présentez du code de manière élégante en LaTeX

Kernel & Bas niveau

p. 50 Une API de coroutines pour le langage C

Libs & Modules

p. 68 Streamlit : concevez simplement vos applications graphiques multiplateformes Python

Mobile & Web

p. 72 Techniques avancées avec AlaSQL

Édito

Régulièrement, je m’agace dans ces lignes des aberrations constatées sur des sites web ou des applications, allant du « simple » problème ergonomique jusqu’aux erreurs non traitées. Je pense avoir encore de très nombreux exemples à soulever, la source n’étant pas près de se tarir ! En effet, je constate dans mes activités d’enseignement universitaire que, de plus en plus souvent, on cherche à « protéger » les étudiants, à leur prémâcher le travail. On conserve donc des étudiants coûte que coûte en revoyant constamment les exigences à la baisse, en nivelant par le bas.

J’enseigne par exemple le langage Python (comme par hasard !) en L1 Informatique. Je souhaite proposer à mes étudiants d’installer Python et Jupyter sur leur ordinateur (en leur fournissant bien entendu un cours détaillé contenant des explications à la fois pour Linux et pour Windows). Or, mes collègues m’ont indiqué que je me montrais particulièrement exigeant : « c’est un peu compliqué pour des étudiants qui ne connaissent pas la programmation ». Pourtant, je ne me trouve pas élitiste en demandant à des étudiants en informatique de savoir installer un programme, d’autant plus avec de la documentation ! Aussi, j’en arrive à m’interroger : est-ce que l’objectif est de leur apprendre à programmer ou à écrire un SMS ? Il me semble qu’à force de simplifier à l’extrême les cours, en demandant aux étudiants de retenir le strict minimum des enseignements, en donnant 4h pour réaliser un TP qui devrait prendre 1h, il ne faut pas s’étonner de rencontrer ensuite de nombreux ingénieurs en informatique multipliant les erreurs.

Par ailleurs, qu’advient-il des étudiants motivés et travailleurs qui ne peuvent ainsi pas exprimer la totalité de leur potentiel ? Ainsi, la résultante est double : d’une part, on se prive de nos meilleurs éléments en les sous-exploitant et en ne leur permettant pas d’avancer dans l’acquisition des connaissances au rythme qui serait le leur et, d’autre part, on amène des étudiants qui n’auraient jamais dû mettre un pied dans l’informatique à devenir informaticiens. À terme, le risque est une dévalorisation des diplômes universitaires qui pourraient bientôt avoir la même valeur que les attestations de réussite ou les « diplômes accrédités » délivrés par les plateformes de MOOC (Massive Open Online Course).

Apprendre ce n’est pas toujours une partie de plaisir, mais ça peut aussi le devenir pour peu que l’on fasse un minimum d’effort. Tournez par exemple la page pour vous plonger dans votre GNU/Linux Magazine et profiter de nouvelles connaissances ! Bonne lecture !

Tristan Colombo

A propos du magazine
Logo

Le magazine de référence technique pour les développeurs et les administrateurs sur systèmes UNIX, open source & embarqué !

Pionnier dans son domaine, GNU/Linux Magazine est depuis 1998 une véritable référence technique pour pour tous les développeurs et administrateurs sur systèmes Unix, open source et embarqués. Le premier magazine français 100 % Linux se démarque grâce à une ligne rédactionnelle résolument technique et pédagogique. Chaque mois de nombreux thèmes sont abordés permettant de toucher à différents domaines de l’informatique, que ce soit de l’intelligence artificielle, de la sécurité, de l’embarqué, du système/réseau ou du hack.

Nouveaux produits